Je suis Québécois, tout comme toi.

Dernière mise à jour : 17 févr.

Je suis Québécois, tout comme toi —

je suis Indien, je suis Pakistanais,

je suis Juif —

je te revendique ce mot,

que tu m’as pris, sans droit.

Je compte parmi mes compatriotes,

des Musulmans, des Haïtiens,

des gens de toutes les couleurs :

le monde entier bénéficie de nos valeurs,

en tant qu’immigrants et êtres humains,

en ce qui concerne la tolérance, la bienveillance,

et notre force pour exister.

Nous n’avons pas besoin de toi,

pour que tu viennes

nous enseigner,

comment ici être.

Aide-nous, au lieu de nous maudire,

à frayer notre propre chemin ;

donne-nous courage, pour

animer notre destin ;

Aime-nous avec grâce

et sans opprobre ;

fais-nous signe,

que l’on n’est plus « malpropres »,

que l’on est les bienvenus,

ici, dans ce pays qui nous a reçus —

où l’on équeute tes haricots ;

où l’on lave tes rues !

Écoute ta propre voix,

tordue et mécontente ;

écoute ta propre foi,

jadis si miséricorde ;

ose espérer,

que les blessures du passé,

pourront un jour servir,

à te donner force et ténacité,

pour anéantir ce fardeau,

de politesse et de classe,

qui nous divise et qui nous tue,

qui nous ossifie en gens de race !

Oui, moi aussi j’ai une race :

c’est la race humaine ;

l’eau que tu transpires,

elle est tout autant la mienne.

Ne me confie pas à inspirer

ton poison —

tes heureux soldats,

ils sont toujours à l’horizon —

donne-moi signe de ta présence,

de ta volonté de nous inclure ;

de nous côtoyer, de nous abriter,

de nous laisser vivre —

on ramasse tes ordures, par contre

on est toujours « chez toi » ;

nous sommes tous libres, ici —

soyons donc égaux, vous et moi.