Lettres

Pour que je te fasse la cour ;

pour que tu me brasses ma tour —

pour que je te prenne au sérieux ;

pour que nous nous connaissions mieux —

pour que je me sente anéanti ;

pour que tu n’aies pas menti —

pour que le chien revienne à son maître ;

pour que l’on suive, le Dieu de tous les êtres —

pour que nos larmes coulent d’une manière abondante ;

pour qu’on se fabrique, des circonstances décevantes —

va falloir se trouver,

une manière d’vivre en paix :

une manière de survivre,

sans la Croix et sans regret.